Salar d’Uyuni y Sur Lipez (13-16 septembre)

Vous n’êtes pas obligés de tout lire, cette fois-ci c’est long…..

Grand moment du voyage car cette région est réputée pour ses paysages grandioses. Et pourtant nous n’avons que peu de photos pour appuyer nos souvenirs: arrivés à Calama, en déchargeant nos affaires du car, nous nous faisons voler l’appareil photo avec tous les clichés des jours précédents. Colère, rage, tristesse. Et puis finalement ce n’est pas si grave, cela fait partie des contrariétés classiques du voyageur et tout le monde va bien.

Nous allons décrire très précisément les paysages, pas tant pour vous, chers lecteurs, qui risquez d’être un peu ennuyés par les détails trop abondants, mais pour conserver les souvenirs par les mots à défaut d’avoir les images… Maintenant que la fin de l’histoire est spoilée, reprenons le récit!

Arrivés à Uyuni (bus de nuit depuis La Paz) , nous trouvons rapidement l’agence auprès de laquelle nous avons réservé un tour: Tupiza Tour. Nous sommes très gentiment accueillis pas Jhanet qui parle parfaitement français et notre guide Milton qui parle anglais. Du début à la fin du voyage, ils feront tout ce qui est possible pour nous rendre service et nous être agréables. Quel confort!

Super Toyota 7 places, vraiment nécessaire sur cette route !

 

Les vélos sont stockés dans un local, les bagages chargés sur le toit du 4×4, et c’est le cœur léger et les mains dans les poches que nous partons pour 4 jours merveilleux! Tout est pris en charge, les repas, les hôtels pour le soir, les visites…

On the road !

 

Jour 1: Salar d’Uyuni

Le salar est le vestige d’une grande étendue d’eau salée qui s’est asséchée. La partie la plus basse a conservé le sel. C’est une immense patinoire de sel, composée, dans sa partie centrale d’une dizaine de mètres de couches de sel et d’eau. Le réverbération est très forte (lunettes de soleil obligatoires), le vent est souvent fort et il fait froid.

Comme tous les touristes, nous prenons le temps de prendre des photos amusantes: sur cette étendue blanche et uniforme, pas de repères de perspective.

La place des drapeaux devant l’hotel de sel sur le Salar

Les brouillons de nos photos du Salar qui, dans nos smartphones, ont échappé au vol

Nous prenons donc les photos suivantes grâce à Milton, rompu à l’exercice:

 

  •   Tous les 6 debout sur une casquette « le temps du voyage »;
  •   Tous les 6 assis sur un concombre comme sur une barque et regardant l’horizon;
  •   Alexandre prenant une douche de coca cola dans une assiette à soupe (torse nu alors qu’il y a un vent glacé!);
  •   Félix buvant du coca qui coule d’une énorme bouteille,
  •   Philippine qui mange Pétronille (on avait des brouillons de cette composition sur le téléphone) et Joseph soufflant sur Pétronille et Philippine qui s’envolent;
  •   Antoinette shootant dans Alex comme dans un ballon;
  •   Vidéo d’Alex en gros plan ouvrant un paquet de Pringles posé par terre, Antoinette et les enfants en sortent comme d’un tunnel.

Nous visitons l’île Incahuasi, hérissée de cactus millénaires (ils poussent d’un centimètre par an), qui se trouve au milieu du salar.

L’ile d’Incahuasi en plein milieu du Salar, seule végétation à des km à la ronde, ces cactus sont millénaires

Nous admirons le coucher du soleil sur le salar avant de nous rendre à l’hôtel.

Nous retrouvons deux autres groupes qui voyagent avec la même agence que nous. C’est dans une ambiance très conviviale que nous fêtons les 6 ans de Félix! Nous avons des twix et des m&ms, et Milton et la dame qui tient l’hôtel nous font la surprise d’avoir préparé un gâteau pour lui! Nous partageons toutes ces sucreries entre tous les présents et passons vraiment une soirée très sympathique. Félix est gâté: nous avons trouvé à La Paz un maillot de l’équipe de France 2 étoiles (il en rêvait!); une casquette rouge avec écrit Félix et une fleur de lys bleue (c’est lui qui a choisi parce que cela lui rappelle la « fleur bleue » des jeannettes!); une petite pochette bolivienne pour ranger les capsules de bouteilles de bière qu’il collectionne depuis le début du voyage.

Milton nous réserve la surprise d’un gâteau fait maison en plein milieu du désert…

La tradition locale veut que l’on croque dans le gâteau, c’est Joseph qui s’en charge pour Félix qui n’osait pas !

Jour 2: Les lagunes, Laguna Verde, Laguna Colorada, Laguna Blanco, Negra…

La journée commence par la visite d’un petit musée du quinoa.

Différentes variétés de Quinoa : de magnifiques couleurs !

Nous faisons route ensuite à travers d’immenses déserts entourés de volcans aux couleurs surprenantes: toutes cette région est riche en minerais: les pierres sont donc vert kaki quand elles contiennent du cuivre, rouges quand il y a du fer, blanches pour le borax. La végétation est rase, jaune ou vert tendre. Et les paysages s’étendent à perte de vue.

Vigogne : la petite cousine des lamas, des alpagas, mais aussi…des chameaux ! c’est la plus délicate de l’espèce des camélidés, sa laine était réservée aux empereurs incas

Milton nous fait remarquer la démarcation de l’ancien lac salé: sur les montagnes et volcan à l’horizon, une ligne apparaît, marquent le niveau de l’eau. Sous cette ligne, il n’y a pas de pierre minérale mais des coraux.

Nous passons par plusieurs lagunes (d’eau stagnante) où nous observons des flamants roses. Nous avons même la chance d’observer (et de filmer ….) la danse des mâles pour séduire les femelles. C’est assez drôle, ils se déplacent rapidement et tous en groupe de droite à gauche, en faisant demi tour très vite tous en même temps. Lorsque les flamants roses volent, le dessous de leurs ailes est bordé de noir, c’est très beau.

Pique nique en extérieur: il fait froid mais nous sommes entourés de viscaches!

Un picnic à l’abri des rafales de vent entre rochers et 4X4
Des viscaches, pas farouches, quémandent la fin de nos assiettes de crudités. Une sorte de lapin à longue queue d’écureuil. Nous en avions vu de beaucoup plus sauvages au milieu de la pampa du Pérou qui détalaient devant nos vélos.

Nous poursuivons notre route pour gagner le parc national Eduardo Avaroa. Les coulées de lave pétrifiées ont pris des formes étranges avec l’érosion.

L’arbre de pierre

Nuit dans un hôtel très spartiate, la soirée et la matinée sont froides!!

 

Jour 3: Geysers et Hotsprings

Toujours dans le parc national, à Sol de Mañana, nous admirons les geysers et fumeroles impressionnants. La pierre est polie et nous observons toujours les couleurs dues à la présence de minerais.

Il parait que d’ici 1 an, le site sera défiguré par l’installation d’une centrale géothermique…

Nous traversons ensuite le désert Dali, que l’artiste n’a jamais vu mais on pourrait croire qu’il l’a pris pour modèle comme toile de fonds de plusieurs de ses peintures ?!

Le Désert de Dali – Bolivie, Sud Lipez
The Invisible Lovers – Salvador Dali

Halte dans des piscines de sources chaudes: un bassin à 30 et l’autre à 38 degrés!

Les termes pour nous tout seul ! Merci Milton

Nous visitons ensuite une petite ferme de lamas et apprenons que les lamas suivent toujours le plus âgé du groupe, et sont propres (ils font leurs besoins tous au même endroit).

4ème jour : Rochers et retour

 

Principalement de la route pour rentrer à Uyuni. Nous quittons le parc national et traversons de nouveaux paysages de lave pétrifiée. C’est très beau. Et les rochers sont dentelés et ont des formes parfois amusantes: coupe du monde, chameau, queue de baleine qui plonge. Parfois on dirait un océan pétrifié.

Le vent est tellement fort, qu’il faut rester baissé pour ne pas qu’il nous emporte au fond du Canyon Anaconda
Anaconda Canyon

Notre tour terminé, nous récupérons les vélos et dormons une courte nuit à l’hôtel: départ à 5h du matin en bus pour rejoindre Santiago du Chili via Calama: c’est la fin de notre séjour en altitude dans la rigueur et la beauté austère de l’altiplano!

Nous sommes passés par l’agence Tupiza Tour –> http://tupizatours.com/fr/

que nous recommandons chaleureusement. Nous voulions partir de Tupiza et finir à Uyuni afin de vivre l’itinéraire à contresens des foules, mais cela n’a pas été possible à cause d’un barrage de grévistes entre les deux villes. Peu mobile avec nos vélos, nous avons finalement joué la sécurité en partant d’Uyuni tout en précisant à l’agence que nous serions heureux d’éviter le peloton…

Un grand merci à Milton (guide, chauffeur, cuisto) qui nous a toujours conduit prudemment, a fait preuve d’une grande patience avec les enfants, de beaucoup de délicatesse à notre égard et qui a su, fort de ces 15 années d’expérience, nous faire vivre un tour en nous épargnant de suivre le flot de 4×4. Merci à toi Milton pour ta gentillesse, ces parties de UNO et ces échanges de fichiers de musique, bonne route !


BILAN de cette première partie de voyage.

 

Merci pour tous vos commentaires de soutien et d’encouragement! Nous y sommes très sensibles.

Merci aussi aux Bru (famille de tourdumondiste dont nous avons déjà parlé) pour leurs conseils éclairés et leurs messages rassurants!

Ces premières semaines de voyage ont été magnifiques, mais aussi, nous le savions et nous l’avons écrit ici, difficiles. C’est éprouvant d’être obligés de prendre du soi à chaque instant, du lever au coucher et même pendant la nuit, à la fois à cause de l’altitude, du climat (froid et vent violent principalement), de la nourriture (aucune de nos habitude ne peut être reproduite ici), des réalités que nous observons (la population est très pauvre et vit dans un dénuement dont nous ne sommes pas capables), de l’effort physique (quand il faut en plus avancer en vélo!).

 

Forcément cela nous a fait réfléchir et nous avons partagé nos doutes avec vous. Mais rassurez-vous,

  • Nous allons bien, même très bien!
  • Nous sommes très heureux de notre périple et des remises en questions qu’il implique, c’est ce que nous cherchions en partant à l’aventure en famille;
  • Nous nous sentons prêts pour la suite, plus conscients de nos limites (et de notre âge!), plus lucides et moins exigeants, plus sereins aussi qu’il y a 6 semaines;
  • Nous poursuivons avec joie, et après quelques hésitations, les vélos!

Nous sommes néanmoins soulagés de rouler maintenant vers des contrées vertes et riantes et avons bien le sentiment, comme beaucoup parmi vous l’ont exprimé, que le plus dur est derrière nous!

Ne cessez pas de nous soutenir pour autant: vos encouragement nous portent.


Maintenant que nous arrivons au Chili, nous retrouvons des joies simples:

  • des draps dans les lits,
  • du linge propre (nous avons fait une machine, luxe ultime!)
  • de la confiture et du lait au petit déjeuner,
  • des prix officiels et affichés,
  • de l’eau chaude (avec mitigeur et pas brûlant/gelé)
  • et surtout, le plaisir d’être bien dehors, dans l’air doux du printemps!

La suite au prochain épisode!

6 thoughts on “Salar d’Uyuni y Sur Lipez (13-16 septembre)”

  1. Coucou les amis,
    Mais que c’est beau ! Vos vêtements nous montrent combien vous devez avoir froid malgré le ciel bleu et le beau soleil.
    Vos aventures nous donnent envie ! Avec Gabrielle nous avons fait un peu de vélo : lors d’une montée, elle s’est auto-encouragée en pensant à vous qui en faites bien plus ! Merci !
    Elle se demande aussi, si son copain Félix parlera encore français à votre retour 😉
    Lire votre blog est devenu un rituel en famille quand les enfants rentrent le WE. Merci beaucoup, bon courage, vous êtes les plus forts !

  2. Merci pour votre récit des Salar. C est vraiment magnifique!
    Merci pour le partage de vos doutes et vos joies!
    Savourez la suite!
    Bises à toute la famille

  3. Hello les amis,
    Waouh, vous attisez nos envies d’Amérique Latine, même sans les photos « officielles » c’est dingue !
    Il semble que vous ayez passé un cap et que vous êtes pleinement maintenant dans le rythme du voyage, quel bonheur…
    Et l’école ? On en parle ? Comment ça se passe pour Antoinette avec une classe de 4 élèves de niveaux différents ? Les enfants s’y mettent facilement ?
    Vos posts sont décidément des petits moments d’évasions et nous sommes en train de devenir accro !
    Phil a partagé l’adresse avec une de ses amies qui part à Pékin à vélo (pour y faire le marathon) ..
    Baisers à tous.

  4. C’est toujours un joli moment que la découverte des dernières nouvelles de votre périple. Bonne route et bons baisers de Montparnasse !

  5. Chers tous,
    Un grand bravo pour votre folle équipée et ce blog qui fait rêver, sourire et qui nous en apprend autant sur la découverte de nouvelles contrées que sur l’apprentissage de la découverte de soi… Nous lisons en famille avec un grand bonheur vos aventures, Ambroise est si admiratif de Joseph à qui il pense très fort (dites-le lui !). Bravo aux photographes, aux rédacteurs du blog, à vous tous pour le partage de votre enthousiasme. Une pensée particulière pour Pétro : partante pour un page à destination des 6ème, si elle souhaite l’animer (cf mon mail en réponse à Antoinette).
    Bises parisiennes !
    Julie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.