Du 23 avril au 1er mai en Serbie et Croatie

« Bienvenue en Serbie, merci de venir visiter notre pays », c’est ainsi que les douaniers nous accueillent !

Premières impressions: Les paysages sont étonnamment familiers et c’est un peu une surprise car nous nous souvenons de la guerre, qui paraissait loin…. De grands cimetières (pour de tout petits villages) s’étendent le long de la route.

En dehors des marques de la guerre, on se croirait dans les Vosges tant par le climat (humide et frais, très vert) que par le relief et la végétation. Les paysages sont très ruraux, il y a des ruches et des vergers partout. Dès que nous nous arrêtons, nous sommes assaillis par les abeilles. Les insectes saturent l’air au moindre rayon de soleil.

Dans le thème retour quelques décennies en arrière, toutes les boutiques, bureaux de postes, restos, et hôtels sont fumeurs !

Si les acacias donnent un excellent miel, leurs épines sont fatales…

Rencontre avec Joachim un soir de désespoir après avoir éclaté une chambre à air du Pino: au milieu de nul part, ce serbe de 70 ans nous accueille dans son verger, nous propose l’eau de son puit, partage son saucisson maison, et nous présente (en serbe et en allemand) tous les arbres fruitiers de son jardin que nous devons d’abord reconnaitre en goutant les schnaps que l’on en tire : coings, prunes, cerises, pêches, poires et pommes, framboises, groseilles, on y laisse quelques cheveux… Son voisin nous offre un pot de miel. On n’est pas loin de la Soupe aux choux… ici, les gens semblent vivre presque en autarcie, il faut dire que les photos d’il y a quelques semaines nous révèlent un endroit recouvert de neige.

Le centre ville de Novi sad, préservé des bombardements

Nous avons quelques journées de vélos idylliques car le printemps est radieux: un doux soleil qui dore la peau, une brise caressante, le chant joyeux des oiseaux, des vergers en fleurs, le parfum du gazon fraîchement coupé. Les voitures et camions sont ici encore extrêmement vigilants et s’écartent largement de nous (pour la plupart) et les gens sont très bienveillants: nous recevons de nombreux encouragements et marques de sympathie.

Nous retrouvons ici le plaisir du vélo. Félix prend de l’assurance et s’entraîne à faire du vélo à 1 main, l’air crâne. Tel la reine d’Angleterre, il salue les branches et arbustes sur son passage. Quand il est fatigué, on accroche l’enceinte portable (cadeau de nos amis avant le départ!) sur son guidon et il repart plein d’énergie, en se trémoussant sur son petit vélo. Il n’est pas rare qu’il entraîne son guidon dans un rock endiablé et que cela se finisse dans le fossé! Ou il joue aux ombres chinoises avec la main qui ne tient pas le guidon, et est tellement absorbé par l’ombre dessinée qu’il part dans le décor.

La Serbie et la Croatie sont les pays de la pâte feuilletée, surtout salée. Ils font en particulier des sortes de tourtes farcies au fromage frais ou à la viande, généreuses en beurre, servies tièdes à l’heure du déjeuner. Et puis de multiples petits feuilletés dont nous ne faisons qu’une bouchée. Ce n’est pas très diététique mais que c’est bon !

Le passage de la frontière Croate à Ilok

Superbe visite à Ilok, juste après avoir passé la frontière : journée pluie à l’abri, le temps se rafraîchit. On nous offre un deuxième pot de miel! 2kg dans les sacoches!

Dimanche 28 beau de nouveau mais frais et vent. Départ pour une grosse étape: 85km avec vent de face et un peu de dénivelé. C’est Pâques ici. Une dame nous poursuit le matin pour donner aux enfants un paquet de bonbons et une brique de jus de fruits. L’aprem, c’est un monsieur qui nous propose de venir prendre un verre chez lui alors que nous reprenons notre souffle dans un village. Comme nous refusons car nous voulons arriver avant la nuit à l’étape suivante, il arrive quelques minutes après avec un paquet de chips, deux bouteilles de jus, un paquet de gâteaux, un panier d’œufs durs peints (tradition pascale) et 6 tablettes de choc!

Le soir coup de chance, appart hôtel (qui nous rappelle les cabanas d’Amérique latine) se libère au moment où nous appelons la propriétaire (qui parle très bien français, alors qu’elle ne l’a étudié que 4 ans lorsqu’elle était à l’école primaire). Nous avons donc un grand appartement avec cuisine et 3 chambres pour une somme modique! Ouf, repos bien mérité!

1 thought on “Du 23 avril au 1er mai en Serbie et Croatie”

  1. Vous progressez vers LYON…..Ravi d’avoir de vos nouvelles dans ces 2 pays que nous avions parcouru il y a 15 ans bien délabrés.

    Courage à Felix pour un dernier effort et à vous pour la remontée vers Paris (par ou ?).

    Jacques et Béatrice.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.